mardi 11 octobre 2005

La Génération Bush

Le collège Patrick Henry de Purcerville (Virginie) n’est pas un établissement scolaire ordinaire. Il a été fondé par Michael Farris après l’élection en 2000 de George Wallace Bush à la présidence des États-Unis. Cet avocat, qui est également pasteur, a été approché par des parents d’élèves et des politiciens conservateurs. D’un côté, les parents souhaitaient une atmosphère de « cour », c’est-à-dire un établissement où les fréquentations entre jeunes gens soient régulées et soumises à leur approbation préalable. De l’autre, les élus conservateurs désiraient recruter des assistants en qui ils pouvaient avoir une confiance absolue dans la gestion quotidienne des affaires.

De ces deux exigences est né ce collège, distant de 80 km de la capitale, et qui est devenu le plus grand pourvoyeur d’assistants parlementaires du pays. Sur les soixante et un élèves de la promotion 2004, deux sont employés à la Maison Blanche, six au Capitole, huit dans des agences fédérales, deux au F.B.I (Federal Bureau Office), un à l’autorité provisoire de la coalition en Iraq et le dernier aide le sénateur Rick Santorum de Pennsylvanie et sa femme Karen, dans l’éducation de leurs six enfants…

Comme les enfants du très conservateur sénateur de Pennsylvanie, les élèves du collège Patrick Henry n’ont jamais fréquenté d’école auparavant leur entrée dans cet établissement. Prenant leur distance avec la culture séculaire, les parents leur ont assuré à domicile une éducation à dominante religieuse. Elisa Munch, une élève d’Idaho, a travaillé pendant la campagne présidentielle auprès de Karl Rove. L’éminence grise du président a su mobiliser les chrétiens conservateurs. Dans un discours qu’il délivra au think tank American Enterprise Institute, après l’élection contestée de novembre 2000, Rove avoua que le président avait perdu le vote populaire parce que les évangélistes n’avaient pas voté en masse. Pour l’élection de 2004, Rove réussit à mobiliser quatre millions supplémentaires de votants évangélistes qui assurèrent la réélection triomphale de Bush. Interrogée sur le choix de cet établissement, Elisa Munch a répondu : « J’aime avoir un curriculum chrétien. Je sais que si j’avais été dans une classe de biologie dans un établissement public, j’aurais été confrontée à un débat sur l’évolution.» Avant l’élection de Bush à la présidence, il n’y avait que quelques milliers de familles refusant d’envoyer leurs enfants dans un établissement scolaire. A présent, un million et demi d’enfants dont les deux tiers sont des évangélistes, sont éduqués par leurs parents.

Dans les milieux conservateurs, ces familles font partie de l’élite dotée d’une claire idéologie. Le manifeste de Farris pour son collège - la génération de Joshua – embrasse celui de Rove : « La génération de Moïse qui a quitté l’Égypte, doit reconquérir la terre promise. » En clair, les conservateurs doivent s’approprier tous les leviers de l’État. Farris ne tarit pas d’éloge à propos de Matthew du Mée qui est le meilleur élève du collège. Matthew a obtenu le score parfait de 1600 points au S.A.T. (test national) Se référant à ce brillant élève de 22 ans qui a préféré son collège alors que les portes des grandes universités américaines lui étaient ouvertes, Farris a déclaré : « Peut être qu’un jour il sera à la Cour Suprême où il renversera la jurisprudence Roe versus Wade...» (1)

Dans sa chambre ornée de posters de Bush et de Cheney, Elisa Munch lit la bible chaque matin avant de se rendre en salle de cours. Robert Stacey est un professeur de sciences politiques du collège. Il mène avec quatorze étudiants un débat sur les principes politiques dégagés par Machiavel. « Allons, nous savons tous que les politiciens sont des menteurs. » Lance un élève. « C’est un peu sensible. Que pensez-vous de notre cher George W Bush ? Nous a-t-il trahi dans ses déclarations publiques ? A-t-il menti ? » S’inquiète un autre élève de la classe. Le professeur demeure muet. Puis, un élève brise le silence pesant : « Non, il n’aurait pas pu faire cela. » Le cursus des études au collège est celui d’une filière classique avec l’étude des philosophes grecs. Les élèves étudient aussi la géométrie euclidienne et la biologie. Jennifer Gruenke, une diplômée de l’université de Virginie, enseigne aux élèves du collège que la terre a été créée en une semaine.

Le collège Patrick Henry tente une expérience inédite : prendre de jeunes évangélistes qui ont vécu dans une bulle aseptisée et les propulser dans les plus hautes sphères du pouvoir sans être corrompu par une société qu’ils ne connaissent pas. L’enfer est pavé de bonnes intentions…

(1) l’arrêt Roe versus Wade de janvier 1973 est le droit à l’avortement.